Houblon d’Aveyron, tout un caractère

Nous y pensions depuis quelques années, et allez savoir pourquoi, ce printemps-là, allez hop (avec jeu de mot) nous l’avons fait. Planter du houblon.

Une demi-seconde pour décider.

2018 : Micro-houblonnière : 400 m², une centaine de plants.

Deux semaines pour organiser, planifier, commander le matériel, se décourager, se motiver, se demander comment on fait, trouver des réponses obscures, se décider, acheter, chercher, chercher, chercher, calculer, dessiner, recevoir le matériel, louer, recalculer, finaliser, avoir de gros doutes…

Deux week-ends pour monter la structure… Finalement le plus long, ce n’étaient pas les poteaux… C’étaient les câbles!!

Ouf ça y est, c’est bon, maintenant, commander les 80 plants… Ric rac nous sommes fin avril 2018…

Début mai 2018, deux jours pour planter.

Ensuite, presque deux mois de pluie incessante. Quelle chance !

Les lianes pointent, s’étirent, grimpent, c’est parti, c’est beau.. Quelle émotion..
Juillet 2018, canicule… Surveillance… Le houblon monte, monte, le fuggle gagne la course, suivi de près par le cascade, puis.. fleurit !!! Le Perle et le Golding sont plus lents, et plus petits… Variété ? Conditions topologiques ? Affaire à suivre…

Début août, les cône sont gros, la poudre jaune lupuline se dévoile… C’est la panique !!

C’est pour quand ?

Ça devrait être au minimum pour fin août et les fleurs semblent déjà prêtes… Après quelques recherches et discussions avec des brasseurs, le 13 août 2018 c’est parti, récolte du Fuggle !! 20 plants plus ou moins fournis… 7 heures de cueillette.. Va falloir sérieusement réfléchir à une batteuse…
Mais ceux-là, ils ont été prélevé avec tellement de délicatesse qu’ils ont forcément gardé tous leurs arômes !!

Bientôt la phase de test en brassage pour déterminer le goût du terroir…

Verdict, ils sont doux et aromatiques.. peut-être une récolte un peu trop tôt..

2019: Deuxième phase, c’est parti c’est décidé, on voit un peu plus grand

Après 8 mois de recherches, enfin 1 hectare de trouvé, en fermage, terre d’alluvion, en bord de rivière, à 3 km de la maison, en friche, donc en bio sans conversion.. 7000 m² de houblon prévu, 4 mois pour défricher, décrocher un emprunt, commander le matos, implanter, planter. Bien-sûr 6 mois plus tard nous y étions encore.. Mais l’emprunt était obtenu, les 1500 plants en terre, avec les poteaux et les câbles, l’irrigation en place.

Après avoir accepté que la récolte 2019 allait être microscopique, nous nous sommes concentrés sur chose: sauver les pieds de la canicule.

Quelques pertes bien-sûr, une cohabitation inégalable avec liseron et plantes sauvages, mais il semblerait que globalement, la majorité des pieds sont vivants, certains à ras de terre, et minuscules, mais vivants!

Nous avons hâte de préparer le printemps prochain; et de ne pas répéter les mêmes erreurs que cette année (désherbage mieux maitrisé.. et mise au fil anticipée)

En attendant une petite récolte s’annonce pour début septembre, un peu plus tard que l’an passé, pour voir si les arômes sont plus intenses.

Au final, pas assez de récolte cette année pour faire une analyse, nous verrons ça posément l’année prochaine!

Houblon d’Aveyron
12200 Monteils

Nous avons choisi douze variétés, par goût, par affinité, par curiosité. Elle sont toutes doubles, aromatisantes et amérisantes.

Cascade, Chinook, Willamette, Fuggle, Perle, Cobb’s Golding, Hallertau Mittelfrüh, centenniel, Tettnanger, Phoenix, Progress, Prima Donna

Ces douze variétés ont des origines géographiques diverses, aux sols et climats spécifiques. Elles expriment des arômes identifiés, recherchés, stabilisés.

Cultivé sur nos terres, le houblon va garder sa signature d’origine, tout en s’imprégnant des caractéristiques du biotope où il grandit… Un houblon qui vient de loin, réinventé par son nouveau terroir.

Instagram has returned invalid data.